share
Version imprimable

Current Size: 100%

Patrimoine civil

 

Le château de la Gataudière: 

Le château de la Gataudière édifié au 18ème Siècle est une vaste demeure mêlant les styles Louis XIV, Régence et Louis XV. Formé d’un logis unique avec en son centre une façade en légère saillie couronnée d’un fronton aveugle.

Propriété de François FRESNEAU de La Ruchauderie (conseiller du roi Louis XIV) puis de François de Chasseloup-Laubat futur commandant et général en chef de l’armée d’Italie. Sa descendante épousera en 1923 l’arrière petit-fils de Joachim Murat, roi de Naples et des Deux-Siciles. Le château appartient toujours à la famille des Murat de Chasseloup-Laubat.

Au cœur d'un parc de 20 hectares, à la lisière d'anciens marais (les gataudières), s’élève cette majestueuse demeure de pure style XVIIIème : Le château de la Gataudière. Ne manquez pas sur le fronton du pavillon central, les décorations rappelant les richesses régionales : les huîtres, le vin, le sel. A l'intérieur, le mobilier et les décors muraux sont d'origine. Et si vous aimez l'histoire des transports, une exposition hippomobile et navale vous est également proposée.

 

La Place Chasseloup-Laubat: 

La Place Chasseloup-Laubat, vaste et arborée est située à proximité de l’église St-Pierre. Elle est ornée d’une statue du marquis Samuel-Prosper de CHASSELOUP-LAUBAT en pierre calcaire et bronze. Homme politique, fils du général-marquis François de Chasseloup-Laubat (héros des campagnes impériales) il fut président du conseil général de Charente-Inférieure pendant presque 13 ans. Il fut également ministre des colonies et ministre de la marine. C’est lui qui sera à l’origine de l’annexion des territoires de Cochinchine (Indochine) en 1859.

La statue érigée en 1874 sur une esplanade appelée Place des Aires et qui porte depuis son nom. Déboulonnée par les Allemands en 1942, une copie en fut exécutée en 1948. La place, bordée de nombreux hôtels particuliers et de commerces, est l’un des lieux les plus animés de la ville. Le bâtiment de l’ancienne sous-préfecture la borde.

 

L'ancienne sous préfecture: 

L’Ancienne sous-préfecture. Marennes fut chef-lieu d’arrondissement jusqu’en 1926. L’édifice abritant les bureaux de la sous-préfecture est un ancien hôtel particulier du 18ème Siècle donnant sur la Place Chasseloup-Laubat. D’importants travaux de modernisation furent effectués en 1900 (adjonction d’un portail surmonté de l’inscription « sous-préfecture » et d’un blason). La façade arrière fut également modifiée et refaite dans un style monumental mêlant styles classique et Renaissance.

 

La maison de Richelieu: 

La Maison de Richelieu est une des plus anciennes demeures de la ville. Elle se dresse sur la rue Le Terme (secteur piétonnier) à proximité des Halles. Edifiée vers 1650, elle fut autrefois la propriété d’un intendant du Maréchal de Richelieu, comte de Marennes, gouverneur de Gascogne et de Guyenne.

Durant la Révolution, elle fut pillée et incendiée, entraînant la destruction d’une partie du décor intérieur. Elle devint par la suite une quincaillerie puis une maison d’habitation. Elle conserve une façade de style Renaissance étagée sur quatre niveaux. Aux deux extrémités de la façade se dressent deux gargouilles représentant des lions. Elle est classée monument historique depuis 1981.

 

L'Hôtel des fermes: 

Ancien hôtel particulier datant du 16ème Siècle, il doit son nom au fait qu’il était le siège du bureau des Fermes (c’est-à-dire des Impôts) sous l’ancien régime. Son décor en fait un exemple typique du style Renaissance.

Ce bâtiment a longtemps accueilli le siège de la Chambre des notaires. Il se caractérise par un logis simple comportant en façade une tour formée de trois étages.

Il est classé depuis 1927.

 

La loge maçonnique: 

Elle est établie à Marennes depuis au moins 1777. Le bâtiment actuel date de 1910 et se compose d’un logis d’inspiration néo-classique.

 

La Caserne Commandant-Lucas: 

La vaste caserne sur quatre niveaux est recouverte de combles mansardées. Construite en 1907, elle logea jusqu’à la première guerre mondiale le 3ème régiment d’infanterie coloniale puis une compagnie de CRS. Longtemps laissée à l’abandon et très endommagée pendant la tempête de 1999, elle est désormais réhabilitée en logements d’habitation.

 

La Cité de l’huître:

Complexe dédié à la connaissance des activités ostréicoles, inauguré le 09 octobre 2006, il se situe en bordure du Chenal de La Cayenne. Il présente au public les différentes techniques d’affinage et l’histoire de l’ostréiculture dans la région. Des ateliers de dégustation permettent aux visiteurs de goûter cette spécialité mondialement reconnue. Un restaurant est intégré au complexe.